UA-75278636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2014

LES OISEAUX DE LUMIÈRE II

 

Me sont précieux les rêves.

Ô mon Amour, j’adore tes doux baisers.

Le ciel n’en sera jamais choqué.

 Et lorsqu’il chante, j’écoute le jour qui se lève….


 

LES OISEAUX DE LUMIÈRE II

 

 

J’entends des portes qui se referment.  

Le sachant, les oiseaux me demandent audience.

Que plus jamais ne s’égare ma confiance !

Si seulement mes amis savaient combien je les aime.

 

Peu surpris, le ciel m’observe.    

Je pense que les oiseaux de lumière sont là.

Chut ! L’un d’eux se pose sur mon bras.

Ô mon Amour, je t’assure que ce n’est point un rêve.

 

Je voudrais tant me retourner.  

Pleure ma Terre de tristesse qui aspire au respect.

Assis sur des pierres, je crains les rejets.

Le Soleil sait que de mon sang ruisselle une rivière sucrée.

 

Pourtant, mon cœur est épuisé.

Heureusement, le courage ne m’abandonne.

J’ai l’impression qu’il me raisonne.

Et chantent les oiseaux qui viennent m’embrasser.

 

Mon Amour, je ne sais que faire.   

De tant souffrir, je crois contrarier le temps.

À force de hurler, je réveille le vent.

Et l’effervescence de mon cœur devrait te satisfaire.

 

Je hurle telles le font les ruines. 

Mais le chemin des angoisses, je le fuis.

Sais-je combien le silence m’ennuie.

Ne pleurerai-je la Paix qui se doit d’être divine ?

 

Innocemment, le temps m’interroge. 

Je lui dis avoir vu naître des oiseaux de lumière.

Ne pouvant le lui prouver, que dois-je faire ?

Sans l’embrouiller, je veille à ne point le tarir d’éloges.

 

Un léger vent me caresse. 

Je sais, sans amour, ma vie n’aurait aucune saveur.

À mes yeux, le Soleil est un véritable crooner.

Je l’écoute ainsi que les étoiles qui chantent l’allégresse.

 

Tes sourires m’éclairent.    

Ô mon Amour, serres-moi fort les mains.

Chut ! J’écoute ton cœur musicien.

Je ne peux concevoir un monde sans Lumière.

 

Pour ceux qui restent, chante la lune. 

La nuit, on peut voir ces oiseaux de lumière. 

Ô mon Amour, sont-ils des émissaires ?

Épris de douleurs, jamais je ne négligerai ma plume.

 

 colombe qui retrouve la lumière.jpg

 

 

 

 

Jacques

 

 

 

15:05 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

tu as parfaitement raison de ne point délaisser ta plume
c'est ta force, ton courage aussi
sublime comme toujours ton texte mon grand
continues à écrire tes ressentis
c'est ta thérapie

bravo à toi
gros bisous

Écrit par : christiane | 07/11/2014

JACQUES, SURTOUT NE T'ARRETES PAS D'ECRIRE ... CELA DOIT TE SOULAGER DE POUVOIR POSER "SUR PAPIER" TES PENSEES LES PLUS PROFONDES ... ET DE FAIRE CONNAITRE TON AMOUR POUR CE QUI EST BEAU ET BON ... ET PARDESSUS TOUS POUR TON ÉPOUX ... BISES A VOUS DEUX

Écrit par : Guy | 08/11/2014

très beau texte...

Écrit par : DESCLIDES | 14/11/2014

LA PLUME EST TA COMPAGNE DE TOUS LES JOURS , TON REMEDE , ELLE PERMET DE LACHER TOUTES LES TENSIONS QUI TE RONGENT .....
L AMOUR DE TON EPOUX EGALEMENT EST LE MEILLEUR DES TRAITEMENTS NUL POURRA VENIR ENTRAVER CELA
DONC NE LACHES JAMAIS LA PLUME ET PASSES D HEUREUX MOMENTS AVEC TON EPOUX QUI TE SOUTIENT A CHAQUE INSTANT ET QUI T APPORTE TANT DE BONHEUR

Écrit par : sylvie | 15/11/2014

Les commentaires sont fermés.