UA-75278636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2018

LES ROIS DE LA MALADRESSE

 

J’ai les doigts qui s’engourdissent. 

En mon âme, des couleurs ont pris naissance.

Elles chantent avec beaucoup d’aisance.

Mais, je pense qu’elles attendent que je m’épanouisse.

 

Ma vie est un livre ouvert.  

De ma quête de vérité, le Soleil s’interroge.

Il sait combien me glace le mensonge.

Et je sens une douce pluie qui perle sur mes paupières.

 

Je ferme alors ma fenêtre.  

Pourquoi des docteurs veulent-ils me mentir ?

Seul l’amour sait combien m’attendrir.

Mais les banquises me disent avoir peur de disparaître.

 

Elles adorent tellement le Soleil.

De sa Lumière naissent ainsi de jolies fleurs.

Le danger des climats prend de l’ampleur.

Je me dois d’avouer que je pense bien souvent à elles.

 

Le courage qui poétise se confesse.   

Il m’avoue sagement ruisseler en mes veines.

Il ne veut point que ma vue s’éteigne.

Docteurs, vous êtes devenus les Rois de la maladresse.

 

Je plonge dans tes horizons.  

Ô mon Amour, je ne vis qu’à travers toi.

Mes aveux seront un feu de joie.

Et le vent attisera les braises de notre passion.

 

La Lumière vient me bercer.     

À mes yeux, sa passion est un doux présage.

De sa présence, les saisons voyagent.

Les moissons du courage savent tant nous émerveiller.

 

Docteurs, je vous prie de m’écouter.

Soigner une pathologie est un travail d’équipe.

D’ailleurs, c’est moi qui prends les risques.

L’incompris que je suis fera appel au musicien ignoré.

 

Docteurs, je ne suis point souriant.

Vous ne prenez guère soin de mes symptômes.

Souffrirais-je de pathologies fantômes ?

Hélas, il s’avère que je me suis montré trop patient.

 

Le temps veut comprendre.

Ô mon Amour, le ciel prend soin de ses lys.

En écrivant ces mots, ma plume glisse.

Que par magie, la chance ne se fasse plus attendre.

 

L’amour est un océan magique. 

Ses marées salines étreignent nos confidences.

Cet océan m’offre un peu de réjouissance. 

Que les nuances de ses couleurs nous soient bénéfiques.

 

Ces mots perlent de mes yeux.  

Ô mon Amour, je ne vis que pour être avec toi.

De notre douce passion, le ciel s’enivrera.

Le temps voudrait que nos sentiments soient contagieux !

 

La confiance se doit de renaître. 

Ô mon Amour, humons ce parfum de mélancolie.

Bien vertueux, le courage nous a choisis.

Et la prophétie des amours pourra ainsi se transmettre….

 

coeur_rouge.jpg

 

 

 

Jacques

 

 

 

Les commentaires sont fermés.