UA-75278636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2015

LA MAGIE DES AURORES

 

Ton Amour berce mes horizons. 

Sans toi, mon bel Homme, je ne veux vivre.

Un parfum de Bonheur nous enivre.

Je crois que le temps s’instruit de nos émotions.

 

Tu es à mon écoute.  

De nos étreintes jaillit une Lumière.

Elle écoute ainsi nos prières.

Les ricanements médicaux, je les écourte.

 

Chut ! Un docteur baille.

Combien Cupidon a eu raison de nous.

Fidèle et fier, je resterai ton loup.

Je confie ainsi ces mots doux aux belles étoiles.

 

Tu deviens ma Lumière.  

Au large de ta tendresse, je prie le ciel.

Nos roses ont un parfum de miel.

Mes incertitudes, tu les effaces en un éclair.

 

Tu lis dans mes mains.

Tu voudrais tant apaiser mes douleurs.

J’écoute ainsi me parler ton cœur.

Quand tu m’embrasses, j’entends un mélodieux refrain.

 

La Lumière le sait bien.  

Auprès de toi, mon Amour, il fait bon vivre.

L’océan de nos sentiments respire.

Sous nos nez, le temps qui passe lui ne craint rien.

 

Ô mon tendre Amour, tu es mon or. 

Tu sais que notre Terre ne cessera de travailler.

Saches bien que je suis né pour t’aimer.

De ta Lumière, je peux savourer la magie des aurores….

 

 ciel océan.jpg

 

 

Jacques

 

 

 

14/01/2015

SOYEZ NOMBREUX À NOUS SOUTENIR

 

Je dois me faire hospitaliser.

Prends bien soin de toi, mon tendre Amour.

Le ciel a compris mes lacunes du jour.

Que la Prophétie des Amours ne puisse être oubliée !

 

Notre Amour vaut son pesant d’or. 

Que d’un parfum de rêves, je puisse ainsi m’évader !

Jamais notre Terre ne cessera de travailler.

Tu viendras me voir pour m’offrir tes baisers que j’honore.

 

T'aimer a fait naître mon Bonheur.

Sans toi, le temps me paraîtra être une éternité.

Les étoiles viendront toutes te protéger.

 Que les oiseaux savourent les sentiments de nos cœurs....

 

cascade 1.jpg

 

Jacques

 

 

 

LES ROIS DE LA MALADRESSE

 

J’ai les doigts qui s’engourdissent. 

En mon âme, des couleurs ont pris naissance.

Elles chantent avec beaucoup d’aisance.

Mais, je pense qu’elles attendent que je m’épanouisse.

 

Ma vie est un livre ouvert.  

De ma quête de vérité, le Soleil s’interroge.

Il sait combien me glace le mensonge.

Et je sens une douce pluie qui perle sur mes paupières.

 

Je ferme alors ma fenêtre.  

Pourquoi des docteurs veulent-ils me mentir ?

Seul l’amour sait combien m’attendrir.

Mais les banquises me disent avoir peur de disparaître.

 

Elles adorent tellement le Soleil.

De sa Lumière naissent ainsi de jolies fleurs.

Le danger des climats prend de l’ampleur.

Je me dois d’avouer que je pense bien souvent à elles.

 

Le courage qui poétise se confesse.   

Il m’avoue sagement ruisseler en mes veines.

Il ne veut point que ma vue s’éteigne.

Docteurs, vous êtes devenus les Rois de la maladresse.

 

Je plonge dans tes horizons.  

Ô mon Amour, je ne vis qu’à travers toi.

Mes aveux seront un feu de joie.

Et le vent attisera les braises de notre passion.

 

La Lumière vient me bercer.     

À mes yeux, sa passion est un doux présage.

De sa présence, les saisons voyagent.

Les moissons du courage savent tant nous émerveiller.

 

Docteurs, je vous prie de m’écouter.

Soigner une pathologie est un travail d’équipe.

D’ailleurs, c’est moi qui prends les risques.

L’incompris que je suis fera appel au musicien ignoré.

 

Docteurs, je ne suis point souriant.

Vous ne prenez guère soin de mes symptômes.

Souffrirais-je de pathologies fantômes ?

Hélas, il s’avère que je me suis montré trop patient.

 

Le temps veut comprendre.

Ô mon Amour, le ciel prend soin de ses lys.

En écrivant ces mots, ma plume glisse.

Que par magie, la chance ne se fasse plus attendre.

 

L’amour est un océan magique. 

Ses marées salines étreignent nos confidences.

Cet océan m’offre un peu de réjouissance. 

Que les nuances de ses couleurs nous soient bénéfiques.

 

Ces mots perlent de mes yeux.  

Ô mon Amour, je ne vis que pour être avec toi.

De notre douce passion, le ciel s’enivrera.

Le temps voudrait que nos sentiments soient contagieux !

 

La confiance se doit de renaître. 

Ô mon Amour, humons ce parfum de mélancolie.

Bien vertueux, le courage nous a choisis.

Et la prophétie des amours pourra ainsi se transmettre….

 

coeur_rouge.jpg

 

 

Jacques

 

 

 

11/01/2015

L’AMOUR QUE TU M’OFFRES

 

Trop souvent, le Bonheur dérange.

À mes yeux, l’Amour est une majestueuse Lumière.

Que « Dieu » Puisse Ouvrir Ses Paupières !

Je n’ose croire que la vie soit devenue une monnaie d’échange.

 

Je le sais : la mort est inéluctable.   

Certes ! Je dois vous avouer combien j’aime vivre.

Ô mon Amour, tes baisers me font languir.

Et, du miel de nos sentiments, ma vie devient une fable.

 

Le ciel soigne ses fleurs.  

Le Soleil me révèle les atouts de son charme.

Ô mon Amour, se sécheront nos larmes.

Maman, un jour, tu m’as dit que j’avais un grand cœur.

 

Mon Trésor, tu l’as constaté.   

L’amour que tu m’offres me fait mûrir.

La Lumière viendra nous soutenir.

Lorsque je réveille le vent, il en est enchanté.

 

Notre vie est une romance.  

Elle fait ainsi rêver l’azur de notre beau ciel.

J’adore le Soleil quand il se réveille.

Et nos tendres baisers illuminent les ports de plaisance.

 

Je butine ton âme tel un papillon.  

Un doux parfum de mélancolie vient t’émouvoir.

Avec tes yeux, je pourrai ainsi tout voir

De t’aimer, mon Amour, perle une pluie de révélations.

 

Pour moi, tu te fais magicien.

De mes larmes, tu en fais un beau sourire.

Même ma peur, tu l’as fait s’évanouir.

À me voir souffrir, tu épures les dires des médecins.

 

Un meilleur avenir nous attend.   

Ressens mes mains qui poétisent avec ton corps.

De notre dignité chantent ainsi les aurores.

Saches que ce Bonheur qui nous lie se montrera souriant.

 

Notre Amour est immuable. 

Les pétales de ton âme me chantent ainsi la vie.

Nos émotions fleurissent en harmonie.

Mais en dépit de la maladie, nous vivons une très jolie fable….

 

rose love.jpg

 

 

 

Jacques

 

 

 

08/01/2015

LA FRANCE ENDEUILLÉE

 

 

DRAPEAU FRANÇAIS.jpg

Souvent, le Bonheur dérange.

Je sais, l'amour est une majestueuse Lumière.

Que le ciel puisse exaucer nos prières !

À mes yeux, la vie ne devrait jamais être une monnaie d'échange....

Lire la suite

MARQUÉ AU FER ROUGE

 

Le Soleil vient me chanter la vie. 

Les chants de décembre ont un cœur de printemps.

Le refrain d’un adieu fait ainsi pleurer le vent.

Et du chant de mes larmes s’érige la cathédrale de la survie.

 

La Lumière me lance un sourire.  

Elle m’ouvre alors les frontières du possible.

Aimer, c’est souvent se croire invincible.

Au jardin des pleurs, le courage y construit son empire.

 

Le temps vient ainsi me lire. 

Il me dit de retrouver la magie des heures.

Sans même le comprendre, je pleure.

Ô mon Amour, tu m’inciteras à réapprendre à vivre.

 

La Lumière croit en moi.  

Elle ne veut plus jamais me voir souffrir.

Pourtant, je ne fais que lui obéir.

Et, sans aucune hésitation, elle me dit : lances-toi !

 

Le Soleil aussi m’y encourage.  

Ô mon Amour, que dois-je vraiment faire ?

L’azur du ciel mémorise mes prières.

Avec ton cœur musicien, mon Trésor, je voyage.

 

Vient se poser un bel oiseau.   

Me transportent les marées océanes.

Dès lors, peut s’évader mon âme.

Et du message de mes larmes perlent ces mots.

 

Docteurs, vous avez du culot. 

Au fer rouge, vous m’avez marqué le cœur.

Mon ciel est parsemé de vos erreurs.

Désormais, sachez que je n’ai plus soif de vos ragots.

 

Vous semez la pagaille à tout va.  

De votre jargon médical posé, je n’en ai rien appris.

Vous avez même ignoré le code de déontologie.

Et je me suis même uriné dessus, tant la peur m’empoigna.

 

La Lumière fut satisfaite.   

Pourtant, ne cessent de perler mes larmes.

Que jamais la maladie ne s’acharne.

Mais, j’aurais tant aimé me confesser à un prophète !

 

L’espoir épouse la vie.  

Ô mon Amour, je verrai grâce à toi.

Vivre est un miracle en soi.

Épris d’émotions, j’entends la Lumière qui prie.

 

Nul ne devrait m’envier.  

Ô mon Amour, le Bonheur nous habille.

Pour nous, les étoiles scintillent.

Je le sais, les fleurs du courage sont parfumées.

 

Cet oiseau veut panser mon cœur. 

Il sait que le malade que je suis défend ses droits.

D’ailleurs, on ne m’a guère laissé le choix.

Émue, la Lumière veut que je garde en moi ses petites lueurs.

 

Nos amis nous comprennent.

J’ignorais que la maladie était une bête féroce.

Perleront du ciel certaines réponses.

Saches bien qu’en dépit de tout, mon Amour, je t’aime.

 

Je hume un parfum de vie.  

Mon Amour, jamais tu n’aurais dû vivre ça.

La prophétie des amours se gravera.

Tu sais, la rivière des pardons implorera la courtoisie.

 

La Lumière veut nous plaire.  

Tu sais bien que je resterai ton loup blessé.

Ma conscience ne doit plus s’égarer.

De l’azur de l’Amour qui nous unit s'atténuera ma colère….

 

 

 fer-rouge1.jpg

 

 

 Jacques

 

 

 

 

06/01/2015

LES ÉMOTIONS D’UN PEINTRE

 

 

Le ciel est un grand charmeur.   

Le devinant, un peintre veut retoucher ses toiles.

Nous vivons une cruelle crise mondiale.

Mais j’adorerais tant que jamais ne s’en aille le Bonheur.

 

Les infos ont un goût de vinaigre.   

Que la rivière des amours nous fasse confiance.

Très contrarié, je touche mon alliance.

Que le gouvernement s’empare du magot de la pègre !

 

Nous taxera-t-il nos émotions ?

Que Dieu Puisse me Pardonner de penser cela.

Je n’ai jamais osé cracher sur les lois.

Puisse un jour l’état se pencher sur le climat des saisons !

 

Le ciel me parle sans cesse.   

Dans les forêts, les animaux s’embrassent.

Même les rumeurs partent en chasse.

Je voudrais que toutes formes de violences disparaissent !

 

Les étoiles charment le monde.   

Sans amour, on vivrait une réelle catastrophe.

La Lumière sait combien je m’accroche.

Ô mon Dieu, se lancer des insultes est devenu une mode.

 

Des gens se crêpent le chignon.

Au cœur de mes silences, j’implore la paix.

La violence sait combien je la haie.

Chut ! Des parents désirent prendre leurs nourrissons.

 

Le ciel veut en faire son aquarelle.     

Le sachant, ce peintre a su retoucher ses toiles.

Vivre pour mieux t’aimer me paraît crucial.

Mon Amour, demeureront précieux nos baisers de miel.

 

La lune aime tant nos échanges. 

Ce peintre nous montre la magie de ses pinceaux.

Il est surpris de voir une multitude d’oiseaux.

Il s’émeut aussi de voir notre Amour qui ne le dérange.

 

L’espoir se lit dans mes yeux.

Je crois ressentir la Lumière qui m’étreint.

Ô mon Amour, écoutes ce doux refrain.

Au cœur de tes sentiments de roses, je suis heureux.

 

Oui ! J’aurais tant aimé être ce peintre.

Pour moi, la vie demeurera un surprenant voyage.

Chut ! J’écoute chanter les fleurs sauvages.

De t’aimer, mon Amour, jamais je ne pourrai me plaindre.

 

Le Bonheur est un don d’espérance.  

Tu sais, le destin nous déroule son tapis estival.

Lorsque tu m’étreins, dansent les étoiles.

Et ton parfum que je hume est une indéniable chance….

 

un jeune peintre.png

 

Jacques