UA-75278636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2015

JOLI CONCERTO

 

Le Ciel a reconnu mon bonheur. 

Sa bonté me parlera toujours avec élégance.

Il partage ainsi sa Lumière à outrance.

Elle m’a toujours dit d’écouter les élans de mon cœur.

 

Ce jour, ce ciel chante mon retour.  

Je crois que la compassion demeurera divine.

Pourtant, il existe des douleurs assassines.

Mais à jamais de mon cœur perleront des mots d’amour.

 

Le Soleil se montre gracieux.   

Mon tendre Amour, écoutons la Lumière.

Dansons ainsi à notre manière !

Pourtant, je devine que tes sourires sont anxieux. 

 

Nos larmes ne furent point abstraites.  

Vois combien la moisson des aveux est généreuse.  

N’oublies jamais que la vie est vertigineuse.

La tendresse des mots que je t’offre n’en sera distraite.

 

J’écoute les couleurs de ce ciel.     

Et du parfum de tes yeux me revient le courage.

T’aimer, mon Amour, a fait fuir les orages.

Et chante mon cœur qui te voue un amour inconditionnel.

 

Mais de ce ciel perle une larme. 

Il voudrait qu’on puisse préserver notre moral.

Il me semble avoir vu mourir des étoiles.

Si c’est le cas, j’avoue que pourrait en mourir mon âme.

 

Perdu vers un ailleurs, je ne sais où,

Mon cœur a dû suivre les mouvances du vent.

Je n’avais plus aucune notion du temps.

Et ton visage qui me murmurait des mots était partout.

 

Ô combien je t’ai écouté.

Mais sans comprendre, mon cœur dériva.

Je n’étais plus maître de moi.

Grâce à ces mots, mon âme s’agrippa à un rocher.

 

Tu m’as offert un tendre sourire.   

Ce sourire, je ne pourrai jamais l’oublier.

Tes baisers sont venus me réchauffer.

Et, renaissant, je tenais grandement à t’applaudir.

 

Depuis, nos cœurs respirent la vie. 

Les prairies de ce ciel savent qu’elles sont belles.

Elles savent que nos souffrances se rebellent.

Et je revis de par ce Soleil qui, amoureusement, me sourit.

 

Mon tendre Amour, tu es ce Soleil.   

Tu as su me parler lorsque mon cœur dériva.

Tu m’as réveillé lorsque celui-ci s’arrêta.

Et j’ai pu respirer tes paroles qui attendaient mon réveil.

 

Mais lorsque mon cœur se réveilla,

Tu sais, je ne savais même plus où j’étais,

Je ne savais même plus qui j’étais,

Seul me réveilla un son résonnant : celui de ta voix.

 

Je te dois tout, mon Amour, mon Soleil.  

La tendresse de tes paroles, je la boirai toujours.

Tu sais, l’azur qui s’offre au jour se savoure.

Humons et enivrons-nous des parfums émotionnels.

 

Tes paroles étaient un océan de mots.

Ô mon Amour, les heures ont retrouvé leur magie.

De s’aimer, le temps nous fait part de sa folie.

Pour cela, la Lumière nous composera un joli concerto….

 

rupture nuage et lumi.jpeg

 

 

Jacques 

Commentaires

Si tu avais pu voir la tristesse et le désarroi de ton chéri
quand je prenais de tes nouvelles, je le sentais tellement désarmé
quel grand amour vous unit,,,,,,tu as beaucoup de chance mon grand
d'être aimé à ce point
il est ton âme, tes yeux, ton bonheur
tellement beau encore ton texte
soyez heureux les garçons
et vite que tes douleurs s'évanouissent, c'est mon plus cher désir

Écrit par : christiane | 17/03/2015

Des mots tendres, doux, profonds un océan de tout cela. Un doux ruisseau qui coule doucement arrosant les fleurs lavant les belles pierres qui sont dans son lit. J'adore tes poèmes trop touchant et qui pénètrent dans notre coeur

Écrit par : gouedic | 17/03/2015

MON CHER JACQUES ... J'AIME CE DERNIER POEME REMPLI D'AMOUR, D'ESPOIR ET DE LUMIERE ... DUREANT LES SEMAINES D'ABSENCE SUR LA TOILE, J'AI BIEN SOUVENT PENSE A TOI ET A RENE ... DOIS JE COMPRENDRE QUE TU VAS MIEUX MAINTENANT ? ... JE L'ESPERE CAR NOUS NE SOMMES PAS FAITS POUR SOUFFRIR, ET POURTANT C'EST CE QUE NOUS FAISONS TOUS ... D'UNE FACON OU AUTRE ... EN TOUS CAS JE VOUS ADMIRE TOUS LES DEUX, ET CELA ME CONFIRME CE QUE J'AI EXPERIMENTE MOI-MÊME ... L'AMOUR EST LE PLUS FORT, TOUJOURS ... JE VOUS EMBRASSE TOUS LES DEUX ... BISES

Écrit par : Guy de Valk | 19/03/2015

Les commentaires sont fermés.