UA-75278636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2015

MA FRANCE EST EN DEUIL

 

Je me souviens des moulins d'antan.

La Paix qui règne sur Terre nous est précieuse.

Les moissons du temps sont ambitieuses.

La guerre des religions existe depuis la nuit des temps.

 

Le Soleil ouvre ses paupières.

Il aime les nourrissons qui viennent de naître.

Le ciel craint les gens trop peu honnêtes.

Et, je comprends ces enfants qui ont peur des guerres.

 

Les victimes ont eu très peur.

Sans un mot, des fanatiques les ont assassinées.

Des familles sont tellement terrassées.

Et, on ne pourra qu’admirer l’amour de leurs cœurs.

 

Le temps ne sait que nous dire.

Ses fanatiques sans cœur dénaturent le Coran.

Ils n’ont qu’un but : celui de verser du sang.

Je crois que le souffle du vent cherchera à les avilir.

 

Ces victimes furent prises dans un attentat.

À l’encre de mon sang, j’écris ces tristes strophes.

Le gouvernement reste en quête de réponses.

Je sais que notre France arrivera à retrouver son éclat.

 

TOUR EFFEL.jpg

 

 Ces kamikazes tuent sans remord.

Le destin nous présentera ses condoléances.

Que nous reviennent alors l’espérance !

Sachez que les armes s’expriment souvent à tort.

 

Le Soleil ouvre ainsi ses paupières.

Que l’innocence de leurs cœurs ne puisse disparaître !

Ô mon Dieu, Pourrais-Tu les faire renaître ?

Et moi, je ressens une profonde tristesse qu’on ne peut taire.

 

Mon cœur est désespéré, mais il écrit.

Que tous ces fanatiques aillent se faire paître !

La Lumière de notre France nous pénètre.

Ô mon tendre Amour, humons les parfums de la vie.

 

Les Roses des Dieux ont pleuré.

Que leurs pétales puissent guider nos pas !

Ces fanatiques ont causé des dégâts.

Et pour l’heure, personne ne pourra les déplorer.

 

D’un arbre perle une feuille.

La nature voudrait tant nous consoler.

Cette tristesse ne peut s’oublier.

Et je pleure ainsi ma France qui est en deuil.

 DRAPEAU FRANÇAIS.jpg

 

Jacques

 

 

11/11/2015

OCÉAN DE GRÂCE

 

Perle une larme de mon cœur.

Les sentiments d’amour sont alléchants.

La confiance est un pur diamant.

Et la Lumière qui chante est un grand honneur.

 

En mon âme, l’amour règne.

Il est certain que je lui dois beaucoup.

Vivre d’amour est le plus bel atout.

Mon cœur le chante en oubliant qu’il saigne.

 

Vagabonde, mon âme est en plein éveil.

Le Bonheur, c’est notre Amour qui le fait naître.

Mais je ne parviens plus à ouvrir ma fenêtre.

Pour me ressaisir, je plonge dans une rivière de miel.

 

La haine n’a jamais engendré l’amour.

L’océan qu’est le ciel m’ouvre alors ses fenêtres.

L’amour d’un prêtre veut se faire connaître.

Et, ce jour, j’apprends d’un peintre les couleurs du jour.

 

Les fleurs du ciel me disent être belles.

Ô mon Amour, rendons hommage à ses fleurs.

Vois-tu fleurir les sentiments de mon cœur ?

Et, j’entends ce peintre me souffler des mots sensuels.

 

Quand je m’interroge, le Soleil se montre galant.

Des docteurs me font comprendre que je les dérange.

Le ciel devient un océan de grâce pour les anges.

Ils font le tour du monde pour communiquer avec les gens.

 

À mon cœur, la Lumière s’est confiée.

La vie garde ses mystères que je ne veux trahir.

Mon cœur dit : « mieux vaut aimer que haïr ».

Et je suis très heureux depuis que tu vis à mes côtés.

 

Mon tendre Amour, nous partageons tout.

Le Bonheur vit de ce que nous lui offrons chaque jour.

Pour te revenir, je n’ai su te conter mon parcours.

Tu t’en doutes ! L’océan de nos cœurs attend tant de nous.

 

Les oiseaux nous chantent la vie.

À mes yeux, l’amour est un diamant à l’état pur.

Il lie confiance et confidences sans mesure.

Mais je me fous des gens qui se moquent avec mépris.

 

Mon cœur ne bat que pour t’aimer.

Pourtant, l’amour que j’éprouve est irréprochable.

Mais quand mes douleurs sont insupportables,

Saches bien que le temps me paraît être une éternité.

 

Mes larmes bleues n’effaceront jamais rien.

Les minutes qui se succèdent refont toute l’histoire.

En contemplant l’océan du ciel, je suis bavard.

Mon tendre Amour, le Bonheur est un immense besoin.

 

Quand tu m’étreins, le Soleil est très galant.

Le ciel demeurera un océan de grâce pour les anges.

Les douces colombes partageront leurs louanges.

Ô mon Amour, sachons savourer la magie de ces instants !

 

Je te reviens d’un profond sommeil.

Sans toi, mon Amour, plus rien n’avait de saveur.

Tu m’as toujours dit de penser au meilleur.

Et c’est de notre Amour qu’est née cette rivière de miel.

 

ciel poésie.jpg

 

Jacques