UA-75278636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2016

UN HOMME BRISÉ

Docteurs, vous y allez un peu fort. 

Sans me fâcher, je vous ai tout conté de ma vie.

À cœur ouvert, je crois vous en avoir trop dit.

Que l’encre des amertumes puisse trouver un accord !

 

À tort, vous m’avez laissé tomber. 

Je crois qu’en vous parlant, je brasse de l’air.

Mes douleurs, vous les prenez à la légère.

Et sachez que vous avez fait de moi un homme brisé.

 

Étant magnanime, je vous salue. 

Je me bas pour retrouver mon nid de miel.

Je poétise alors avec l’azur du ciel.

Docteurs, vous réclamer la paix était mon seul but.

 

Ô combien j’ai eu peur de mourir. 

Mon tendre Époux, tu me confortes en me parlant.

Et, tu te soucies de mes yeux te souriants.

Mon bel Amour, un océan de confiance doit se nourrir.

 

Cet océan se nourrit de mots doux.  

J’ai trop risqué ma vie pour la perdre à nouveau.

L’hiver présent, le vent me jouera du piano.

En t’embrassant, mon Amour, je veux sentir tes joues.

 

Tu vois ? La lune nous embrasse. 

Les biches aiment la compagnie des oiseaux.

Les requins ont bien trouvé leurs rivaux.

Et je n’accepte plus que ces docteurs me menacent.

 

Tel un enfant perdu, je pleure.   

Le monde continuera-t-il à tourner sans moi ?

Qu’ai-je bien pu faire pour en arriver là ?

Et pour l’heure, les discordes médicales m’écœurent.

 

À mes yeux, la vérité a tissé sa toile.

L’amour que je ressens traversera les frontières.

Avec mon sang, j’écris ces mots de colère.

Et, de ta tendresse, mon bel Amour, je te reste loyale.

 

ARBRE ET SOLEIL CREPUSCULE.jpg

 

Le Soleil me fait part de sa splendeur. 

Que la Terre puisse effacer l’encre des amertumes !

Je voudrais tant alors que chante ma plume. 

Que l’azur des mots d’amour puisse guérir mon cœur.

 

Ma peur fut justifiée.

Docteurs, vos insultes furent de trop.

J’attendris le ciel avec mes mots.

Amoureux, je refuse d’être un homme brisé.

 

La vie n’est point un jeu.

L’encre de ma plume redevient sereine.

Que la sagesse me revienne !

Ô mon Amour, je me méfie des propos fallacieux.

 

coeur lumiere.jpg

 

Jacques

 

Docteurs, vous m’avez lâché.

Pourtant, je vous ai voué une totale confiance.

Mon cœur vous a prouvé son endurance.

Et maintenant, serions-nous capables de pouvoir communiquer ?

 

 

Commentaires

Tu sais mon grand
moi je ne fais plus confiance
certaines personnes ne méritent pas de savoir
Tu es fort, tu as surmonté énormément de souffrances
sois fier de toi

gros bisous tendresse
tellement d'amour dans tes textes

Écrit par : christiane | 06/01/2016

Les commentaires sont fermés.